Apprendre la cornemuse

L’apprentissage de la cornemuse écossaise commence par une première règle, ne pas acheter de cornemuse dans la précipitation et avant de bons renseignements, dans un premier temps, je vous recommanderai de visiter la page sur les pakistanaises avant tout achat surtout si vous êtes pressés. Cliquez ici pour lire l’article sur les pakistanaises.

Ensuite, la cornemuse écossaise est un instrument complexe, difficilement appréhendable même si l’on joue déjà d’un instrument, y compris d’un instrument à vent, il est préférable de voir si un sonneur, pipe-band, bagad ou prof ne se trouvent pas dans votre région pour pouvoir poser des questions et voir la difficulté même de l’instrument, lorsque vous voyez un sonneur jouer cela paraît facile, mais là est le piège, il est difficile d’apprendre seul même avec une bonne méthode. La page « Cartographie » recense l’ensemble des formations en France et ailleurs vous permettant de vous renseigner au plus près de chez vous.

Cette mise en garde faite, la cornemuse est malgré tout un instrument que l’on peut apprendre et procure un véritable plaisir lorsque l’on commence à la maîtriser.

Toutefois, on n’apprend pas la cornemuse directement sur celle-ci, cela serai au départ trop difficile, la technique de doigté + la gestion souffle/coude + la capacité pulmonaire et résistance des lèvres font trop de paramètres pour être apprise directement.

L’apprentissage se fait avec le Practice Chanter, c’est une sorte de flûte avec une anche double à l’intérieur. Le doigté n’est pas celui de la flûte à bec, mais celui de la cornemuse écossaise. Donc, avant même de penser à l’achat d’une cornemuse, il faut acheter le practice.

 

Il existe plusieurs tailles de practice, les standards et les longs. Les standards sont courts, ils sont destinés aux enfants ou alors aux petits doigts. L’espace entre les trous est en général proportionnel, la taille des trous ne correspond pas non plus à la différence que possède le chanter de la cornemuse.

Le practice long est quand à lui destiné aux adultes, l’espace entre les trous correspond à ceux du chanter de la cornemuse, la taille des trous correspond plus à ceux du chanter sans être toutefois aussi important.

Les practices existent en polypenco (plastique dur très peu sensible à la chaleur), en African Blackwood ou quelquefois en ébène. Les prix varient en fonction du matériau, de la décoration, bague plastique ou nickel ou encore en argent, sole ou non avec ou sans gravures etc… Le prix peut varier de 50 à 300 €.

Il est possible d’acheter sur différents site comme Kilts and More (Allemagne site en FR), Hervieux & Glet (France), Ti Ar Sonerien (France) etc…

Les doigtés et ornements sont précis et DOIVENT être  parfaitement rodés AVANT le passage à la cornemuse et le travail de répertoires plus difficiles.

Plus tard, le sonneur pourra travailler de nouveaux airs et de nouveaux pupitres sans sortir la cornemuse, mais également sans déranger ses voisins.

Choix de la méthode :

Je recommanderai personnellement 2 méthodes, la première entièrement en Français et écrite par Jean-Luc LEMOIGN, excellent professeur avec qui j’ai débuté il y a plus de 20 ans.

Sa méthode est constituée de 3 volumes intitulés « Nouvelle Méthode de Cornemuse Ecossaise ou Biniou Braz« .

Sa méthode est très claire, didactique et aborde aussi bien l’écriture bretonne qu’écossaise, exemples variées et explications détaillées.

  • Volume 1 : Mouvements et ornements de base.
  • Volume 2 : Doublés et répertoire.
  • Volume 3 : Perfectionnements, nouveaux ornements, ornements du Pibroc’h.

  

La seconde méthode que je recommanderai est celle éditée par le College of Piping, le célèbre CoP de Glasgow, réputé pour ses professeurs de renommés mondiale, la qualité de ses stages…

La méthode est composée de 4 volumes, le premier est traduit en Français, les autres sont en anglais et tous avec support CD/DVD.

  • Volume 1 (en français) + CD-Rom – Niveau débutant.
  • Volume 2 (en anglais) + DVD – Entretien de la cornemuse, accord…
  • Volume 3 (en anglais) + CD – Niveau avancé (approche des MSR, dances et autre répertoire écossais).
  • Volume 4 (en anglais) + CD – Apprentissage de la musique de Piobaireachd (pibroc’h).

Voici la tablature de l’instrument avec la correspondance des notes (en haut la notation écossaise et en bas la notation bretonne) :

Les pays d’expression anglaise, ainsi que l’Allemagne, utilisent les sept premières lettres de l’alphabet pour distinguer leurs notes :

A B C D E F G
La Si Do Mi Fa Sol

De l’écriture écossaise en ton de La, les Bretons sont passés au Si bémol pour deux raisons :

  • la montée du diapason, ces dernières décennies,
  • l’association avec la bombarde bretonne en Sib, celle du bagad.

On est également descendu à l’octave inférieure des sons réels afin de pallier aux difficultés de lecture des « octaves » de la bombarde.

Il faut, le plus tôt possible, s’accoutumer aux deux écritures, écossaise et bretonne.

Dans son doigté classique, l’instrument produit une gamme majeure en mode de Sol ; son étendue est d’une octave plus une note.

Dans cette gamme, deux intervalles sont différents de ceux d’une gamme diatonique : la quarte est augmentée et la septième diminuée.

PRACTICE – CONSEILS DE BASE :

Position : main gauche en haut / main droite en bas.

Main gauche : 1ère phalange.
Main droite : 2ème phalange.

Les doigts bien à plat (le petit doigt de la main gauche ne fait rien).

Tenue et souffle : 

  • embouchure au milieu des lèvres,
  • ne jamais gonfler les joues,
  • ne jamais donner de coups de langue (même à l’attaque du son),
  • « semelle » du practice posée sur table ou genou,
  • avant-bras libérés.

On peut (c’est même conseillé) s’aider de ses dents, juste pour maintenir l’embout.