Hymne Ecossais

SCOTS WHA HAE

Le morceau ci-dessous, est la chanson de « Scots Wha Hae Wi’ Wallace Bled » (« Nous sommes écossais par le sang des Wallace ») ou « Bruce’s adress to this troops at Bannockburn » (« Le message de Bruce à ses troupes, à Bannockburn »), l’ancien hymne national écossais.

Scots Wha Hae

Aussi loin qu’on ait pu en relever la trace, le titre original de l’air sur lequel Robert BURNS composa les paroles de « SCOTS WHA HAE » était « HEY TUTTI TAITI ». La mélodie, ainsi que beaucoup de celles utilisées par BURNS pour ses chants, fut retrouvée consignée dans seulement des collections de musique instrumentale, avant qu’il ne la découvre ; et apparemment il n’y avait pas de paroles sur cet air, hormis celles jamais imprimées qui en faisait une « chanson à boire » :

« Landlady, count the lawin,
The day is near the dawin ;
Ye’re a’ blind drunk, boys
And I’m but jolly fou. »

BURNS découvrit une tradition écossaise tenace, plus particulièrement aux environs de STIRLING, comme quoi cet air fut effectivement joué pour les troupes de BRUCE dans leur marche vers BANNOCKBURN. Les paroles que BURNS composa sont supposées être celles avec lesquelles BRUCE haranguait ses hommes avant la bataille.

Lorsque le barde voulut présenter la publication de cette chanson, les experts laissèrent entendre que les paroles valaient mieux que la mélodie musicale et lui suggérèrent un autre choix d’air. BURNS accepta à contrecœur, à son corps défendant qui croyait ferme à l’excellence de la mélodie. Après sa mort, l’air d’origine fut publié avec ses paroles, et le jugement du poète fut amplement justifié ne serait-ce que par l’accueil enthousiaste universel que reçurent air et chanson.

THE FLOWER OF SCOTLAND

Cependant, un groupe écossais, Les Corries, duo de chanteurs des années 1960, devint le représentant de la chanson Jacobite du XVIIIème siècle, les interprétant avec une fougue et un patriotisme calculés pour enflammer leurs nombreux fans. Au moins une de ces chansons fut adoptée par le groupe Tri Yann (Ye Jacobites by Name). Les Corries écrivaient également leurs propres chansons et l’une d’entre elle, The Flowers of Scotland, est devenue l’hymne national écossais, chantée spontanément par des dizaines de milliers de spectateurs lors des matches internationaux de rugby ou de football. A l’origine, cette chanson était chantée par les supporters pour noyer le traditionnel God Save the Queen, source importante d’embarras pour les autorités. Le sceau d’acquiescement fut finalement apposé lorsque la Princesse Anne, la princesse royale, l’entonna avec la foule à Murrayfield, ce qui constitue sans doute l’un des gestes constitutionnels émanant d’un membre de la famille royale les plus importants de l’époque moderne.

The Flower of Scotland

The Flower of Scotland

Ecrit par Roy Williamson et droits d’auteurs pour Corries Music ltd.

O Flower of Scotland
When will we see
Your like again,
That fought and died for
Your wee bit Hill and Glen
And stood against him
Proud Edward’s Army,
And sent him homeward
Tae think again.

The Hills are bare now
And Autumn leaves lie thick and still
O’er land that is lost now
Which those so dearly held
That stood against him
Proud Edward’s Army
And sent him homeward
Tae think again.

Those days are past now
And in the past they must remain
But we can still rise now
And be the nation again
That stood against him
Proud Edward’s Army
And sent him homeward,
Tae think again.